L’entorse de cheville

L’entorse de cheville

L’entorse de cheville correspond à un étirement ligamentaire survenant lors d’une torsion brutale de la cheville vers l’intérieur. Elle survient la plupart du temps lors d’une réception de saut ou en courant sur un sol glissant ou instable.

3 stades de gravité

L’entorse bégnine (foulure) : les fibres du ligament se retrouvent étirées mais sans rupture ni arrachement. La mobilité de la cheville est conservée et un léger gonflement peut être observé.

L’entorse moyenne : un des faisceaux du ligament est rompu (le ligament externe en compte trois). On parle alors de rupture partielle du ligament. L’important gonflement (œdème) est généralement associé à un hématome et la douleur empêche souvent l’appui.

L’entorse grave : la rupture du ligament est totale et peut être associée à un arrachement osseux. L’œdème est associé à un important hématome. Il est impossible de marcher et la palpation osseuse de la malléole est douloureuse.

Dans la plupart des cas, l’entorse de cheville n’est pas quelque chose de grave. Cependant les études montrent (selon les critères d’Ottawa) qu’il est important d’effectuer une radiographie :
– si le patient a un âge inférieur à 18 ans ou supérieur à 55 ans
– s’il y a une impossibilité de marcher plus de 4 pas
– s’il existe une douleur à la palpation de l’une des deux malléoles.

Que faire en cas d’entorse ?

L’entorse de cheville est une pathologie fréquente (environ 6000 français consultent pour une entorse par jour). Souvent bégnine, l’entorse est très souvent mal soignée. Elle nécessite cependant un traitement spécifique pour éviter les risques de récidives.

Lors des 2 premiers jours, la conduite à tenir se résume dans l’acronyme POLICE

Protéger l’articulation par une immobilisation adaptée (strapping ou attelle)
Optimal Loading : marche aidée en fonction de la douleur (mise en charge optimale avec l’aide ou non de béquilles)
Ice : glaçage de la cheville d’une vingtaine de minutes plusieurs fois par jour.
Compression de la cheville à l’aide de bandes élastiques (sans aller jusqu’au garrot)
Elévation de la jambe lors du repos afin de favoriser le drainage de l’œdème.

Dans les jours qui suivent, il s’agira de diminuer au plus vite l’œdème et de récupérer les amplitudes articulaires de la cheville. Pour cela, le glaçage de la cheville accélèrera le drainage (possibilité d’associer un traitement local anti-inflammatoire). Une attelle permettra la reprise de la marche tout en protégeant le ligament.
Une prise en charge précoce par un kinésithérapeute est indispensable afin de d’accélérer le drainage et la cicatrisation.
Par la suite, lorsque la cheville a dégonflé, il convient de mettre en place le travail de récupération de la stabilité de la cheville. Des exercices de rééducation proprioceptive (travail de l’équilibre) sont indispensables afin d’éviter une nouvelle distension ligamentaire.

Une première entorse mal soignée est souvent synonyme de récidive et d’entorses chroniques.

Frédéric DELACOUR
Kinésithérapeute Ostéopathe – Ormesson-sur-Marne

Close up suffering male pain in ankle isolated white background.